Un livre qui parle

Publié le 19 janvier 2017


Matinée avec Michèle, bénévole à Saparlipapote

En 10 ans, les volontaires de Saparlipapote constatent une évolution du public, des besoins et des situations sociales. Anne-Marie Terwagne pointe également la pénurie de vocabulaire : "On essaie d’apporter un langage de nuance, de pensée, d’enrichir le vocabulaire pour aider les enfants à se faire comprendre et faciliter leur intégration sociale. La consigne donnée aux volontaires est de laisser les enfants s’exprimer, leur donner du temps et une présence pour les écouter ̋.

Publié le 19 janvier 2017